Lancement du site La Cassoun’

Sac au dos, bâtons à la main, bien chaussée, voici bientôt 5 ans que je me suis mise en marche sur les chemins de Compostelle, car « chercher son chemin, c’est déjà le faire ».

J’ai donc expérimenté, éprouvé par ce corps que je remettais en marche, négocié avec lui les douleurs envoyées en message, pour renouer avec lui, avec la vie, dans la lenteur et l’attention portée au monde qui m’entourait.

J’ai réappris à perdre du temps à foison avec jubilation, dans « la gratuité de l’expérience qui en fait toute sa valeur : car c’est en se donnant au monde que le monde se donne à nous » (David Le Breton) et que l’esprit s’éclaire. On laisse tout derrière soi, sa maison, ses amis, son boulot, son portable… et c’est en retrouvant les sensations perdues  qu’on se rend disponible à la nature, à soi…  à cet Autre (singulier ou pluriel) rencontré sur la route.

Alors j’ai, comme on dit , « enfilé les pas .. » pour aller au-devant de cette part de moi-même disponible….et de pas en pas enfilés, de fil en aiguille, d’écheveau en fuseau, de quenouille en trousseau, le mien petit à petit s’est filé au rythme du pas et du rouet … et il s’est régénéré, il s’est re-constitué. Et, des Cafécriture, les prémices d’une idée, d’un projet est né, pas à pas… La Cassoun’ a pointé son nez, sans avoir encore trouvé son nom. De fil en bâtis, de surfilage en couture, les pièces d’une maison se sont assemblées, comme les pièces d’un vêtement.

La Cassoun’ réinvente donc les Cafécriture autrement. Elle se conçoit comme une maison. Une cabotte, une gariotte, une cadole, un cabanon, une casselle, une borie… une de ces cabanes sur le bord du chemin où il fait bon s’abriter par grand vent ou orage, pour y prendre le frais et se protéger du soleil…un bel endroit où il fait bon entrer pour y voir tout ce qu’il s’y passe.

Entrez, marchez, arpentez de la cave au grenier et venez goûter pour le moment à de délicieuses histoires, des ateliers où se former, des spectacles à découvrir… Laissez vous guider !

Entrez dans ma maison, je suis couturière d‘histoires.