Trois semaines passées dans le Lot, à expérimenter, le métier d’hébergeur en tant qu’hospitalière au monastère d’Escayrac puis en tant qu’amie et « petite main » auprès de Nanou qui tient Le Pentadou, (Maison & table d’hôtes/gite d’étapes). Un magnifique havre de paix où il fait si bon se poser après une dure journée de marche.

Que de merveilleux moments passés, là dans le Lot, à travailler, tant pour « me faire de l’expérience » dans le métier qu’à explorer les lieux, du nord au sud, d’est en ouest, à pieds, en voiture…j’ai sillonné ce magnifique département situé entre Aveyron, Tarn et Garonne, Lot et Garonne, Dordogne , Corrèze et Cantal…et, de me répéter : « Qu’il y fait bon vivre !! »

Parc naturel régional des Causses du Quercy , avec Figeac et son musée Champollion des écritures, Cardaillac, Lacapelle-Marival, Rocamadour et son sanctuaire marial, au nord ; Cajarc, Limogne en Quercy, ou Saint Cirque Lapopie, « village préféré des Français » plus au sud ; Cahors et son pont Valentré classé au patrimoine de l’Unesco ; gouffres, grottes, circuits de randonnées pédestres et équestres, canoé-kayak, lieux de pèlerinage, sanctuaires, villes et villages classés….Il y a tant de belles choses à y découvrir et s’y sentir bien.

J’aime Le Lot avec son Quercy ses reliefs doux de falaises creusés par de nombreuses rivières, formant ces vallées qui animent si bien ces paysages. C’est si agréable de se laisser porter au fil de l’eau, du Lot, du Célé ou de la Dordogne.

J’aime cette roche calcaire qui lui vaut le nom de « Quercy ou de Causse blanc » qui réfléchit tant le soleil et cette  jolie lumière du sud. J’aime son fameux village de Montcuq, rendu si célèbre par « le Petit Rapporteur » et où, du pèlerin au touriste de passage, chacun vient s’y faire photographier et découvrir ce petit bourg médiéval si charmant. Un peu plus loin, Escayrac et Lascabanes qui le délimite dans sa partie nord. J’ai arpenté les rues, les routes, les vallées…jusqu’à Lauzerte, même je suis allée.

J’aime ce Causse blanc autrefois si remarquable par ses murets de pierres et ses cazelles, où il me plairait tant d’y trouver ma cabane, ma gariotte, ma cazelle à moi pour y poser ma Cassoun’, mon abri, des livres, des contes et des histoires . Me poser là, quelque part afin d’y mettre en œuvre sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle (GR65 ou ses variantes) mon projet de Maison-Table d’hôtes et de Gites et d’y apporter une dimension artistique et culturelle, de bien-être et de formations. Un lieu de rencontres de passages, de partage d’expériences et d’amitié. Un projet qui avance chaque jour un peu plus, mais « Tout vient à point à qui sait attendre ! » comme le disait ce bon La Fontaine.

Alors oui, je sais que quelque part sur le Chemin de St jacques, du GR65 qui file vers le sud, sur le GR6 qui prend la variante de Rocamadour, ou sur le GR 651 empruntant la magnifique vallée du Célé… c’est là que La Cassoun’ assurément viendra se poser.

Pour suivre mon actualité et la progression de mon projet, RV ici sur mon BLOG : https://la-cassoun.fr/blog/

Ne me reste plus qu’à dénicher, cette cazelle, cette cabane de berger qui rythme toute randonnée, de l’agrandir pour vous y héberger dans cette si belle contrée ! Trouver ma vallée de la Contée pour y écouter ce qui se dit, ce qui se murmure en journée au fil des pas, ou le soir à la veillée et y implanter mon projet d’accueil, de rencontre et d’hospitalité.

On avance, on avance…. 🙂