La maison et son eau

Explorer le mystère des chemins des contes et des histoires, c’est être randonneur. Parcourir des sentiers balisés mais  inégaux.
C’est quitter sa maison ,
c’est se mettre en marche,
c’est entrer dans la sensation du monde,
c’est une expérience pleine qui nous laisse l’initiative non pas du seul regard passif posé sur la nature environnante qui défile , posé dans un train ou une voiture…

Non. Marcher dans les contes,
c’est marcher pour rien,
c’est marcher pour le plaisir de goûter le temps qui passe,
pour faire un détour d’existence,
pour mieux se retrouver au bout du chemin et découvrir des lieux, des visages inconnus, élargir sa connaissance par le corps d’un monde inépuisable de sens, de sensorialités ou simplement, parce que la route est là.

Randonner dans les contes,
c’est comme marcher pour ré-enchanter  tranquillement, la durée et l’espace du vivant ;
et puis le corps fatigué, le cœur en bandoulière vient poser sa canne, son chapeau et s’arrêter là où est la maison qui l’attend.

Le 17 avril 2017

« Une maison est là où est le cœur :
Une boite en fer blanc attachée à un chien errant.

La seule vérité est celle de la maison :
Des conserves sur un étagère en hiver.

Ceux qui portent leur maison sur le dos
Vivent des centaines d’années

bougeant pas à pas de la naissance au lagon.

(…)

Rentrer à la maison, c’est boire son eau
En pleine sécheresse, c’est boire son eau
Même au puits de la cour
L’eau bourgeonnante dans les boyaux
Ou stagnante d’un abreuvoir brûlant
Papier tue-mouches sur la langue
Les mains en coupe
Penché pour boire.

La maison est là où est le cœur :
Une cosse de chaleur sur le dos.

Le ciel pénètre dans la peau,
Les fourmis rouges du ciel
Rampent sur les épaules.

Ce corps penché est mon seul corps.
Je me penche et je bois
L’ombre dans l’eau. »

Ingrid de Kok « son eau »
Traduit de l’anglais par Katia Wallisky
Denis Hirson « Poèmes d’Afrique du Sud, Anthologie ». Ed. Actes Sud/Unesco, Arles, Paris, 2001.

Ingrid de Kok

Poétesse sud-africaine d’expression anglaise ; elle grandit dans la ville minière de Stilfontein en Afrique du Sud mais achève ses études au Canada et enseigne à l’Université de Cap Town.